Facebook Nous joindre
«Le leader de la
culture du saule
au Bas-Saint-
Laurent!»
1 2 3 4

OSONS L’OSIER,
UNE ASSOCIATION D’AFFAIRES SANS BUT LUCRATIF

MISSION

Dans une perspective de développement durable, Osons l’Osier réalise des projets concrets de culture du saule et autres végétaux à croissance rapide et fait la promotion de leur utilisation, dans un souci de protection de l’environnement et de la biodiversité.

VISION

La culture en taillis sur courte rotation (TCR) de saules et autres espèces à croissance rapide est une pratique tout à fait appropriée aux conditions climatiques, à la structure socio économique et au caractère rural du Bas Saint-Laurent. C’est un modèle d’avenir qui permet d’envisager des alternatives intéressantes pour les secteurs agricole et forestier.

HISTORIQUE

La première plantation expérimentale de saules dans l’Est du Québec a vu le jour au printemps 2003. Cette expérimentation à petite échelle (3000 plants) a permis de démontrer la capacité du saule de s’adapter au climat de notre région, malgré le milieu hostile dans lequel il avait été planté. Ce sont les applications possibles du saule en matière de protection de l’environnement qui ont suscité beaucoup de réactions positives et l’intérêt de certains leaders socioéconomiques et politiques du milieu.

Osons l’Osier a été incorporée en vertu de la partie III, de la Loi des compagnies du Québec et recevait son statut d’entreprise sans capital actions, le 29 août 2006.

Malgré sa courte existence et ses moyens limités du début Osons l’Osier, grâce à des partenaires et des collaborateurs convaincus, a démontré la capacité d’adaptation du saule aux conditions climatiques du Bas Saint-Laurent. Le fait que tous les travaux de Osons l’Osier aient été faits en étroite collaboration et sous la supervision des scientifiques de l’Institut de Recherche en Biologie Végétale, de l’Université de Montréal, constituait un privilège important.

Le support financier du MRNF via le Programme de mise en valeur des ressources en milieu forestier (PMVRMF) Volet II, géré par la Conférence régionale des éluEs du Bas Saint-Laurent, a permis une recherche exhaustive d’informations et la publication en 2007 d’une revue littéraire: Le saule, un outil environnemental, économique et durable pour le Bas Saint-Laurent.

2007-2008

Osons l’Osier, le Pacte rural et la SADC de la MRC de Rivière-du-Loup injectent les fonds nécessaires à la production d’une étude de marché sur le territoire du Bas Saint-Laurent. Cette étude de marché réalisée par la firme GENIVAR est concluante pour les secteurs de la protection de l’environnement et de la production de biomasse à des fins commerciales et énergétiques. Fin 2008, après 2 refus consécutifs essuyés suite aux appels de projet du MAMROT pour la mesure «LABORATOIRE RURAL», Osons l’Osier s’essouffle et doit repositionner son action. Les administrateurs adoptent unanimement, le «réseautage» comme mode de fonctionnement.

Grâce à un financement octroyé par la MRC de Rivière-du-Loup, Osons l’Osier a repris ses activités à la fin de l’année 2011 afin de développer la filière biomasse, en collaboration avec le Centre local de développement. Par la suite, Osons l’Osier a soumis au MAPAQ, un projet regroupant 9 producteurs agricoles de Saint-Paul-de-la-Croix, dans le cadre du programme de soutien à la multifonctionnalité de l’agriculture. C’est ainsi que sur une période de 3 ans (2012-2015), la culture en taillis sur courtes rotations du saule sera développée sur des terres délaissées par l’agriculture traditionnelle.
Osons l'osier -pousse Osons l'osier - Plantation